Les tops plein air incontournables

Promenons-nous dans les bois, tandis que les Clubs 4-H sont là

Source : www.wixxmag.com | Olivier Gamelin

Depuis 1942, les Clubs 4-H du Québec ouvrent grande les portes de la forêt québécoise aux jeunes de 4 à 30 ans afin qu’ils puissent découvrir les richesses forestières du territoire, mais également pour les faire bouger en plein air. Chapeautés par l’Association forestière québécoise, les mille membres des Clubs 4-H répartis aux quatre coins du Québec sont motivés par les valeurs d’honneur, d’honnêteté, d’habileté et d’humanité (les 4-H).

« Notre objectif est de sensibiliser les jeunes à l’arbre, à la forêt, à l’environnement et à la nature», signale d’emblée Andrée Gignac, directrice générale des Clubs 4-H. « Ce qui nous différencie des autres organisations, c’est la prise en charge par les jeunes de leur club local. Appuyés par des adultes, ce sont les jeunes eux-mêmes qui déterminent ce qu’ils veulent faire avec leur club. »

Comme les réalités territoriales diffèrent d’une région à l’autre, chaque Club 4-H développe ses propres particularités selon l’intérêt des jeunes et la réalité rencontrée sur le terrain. Ainsi, on n’aborde pas forcément l’aménagement forestier avec le même angle si on habite au pied du Mont-Royal en plein cœur de la métropole où sur les berges du lac Gilman à Chibougamau.

Installés dans les municipalités, dans les écoles ou dans les services de garde, Les Clubs 4-H proposent une kyrielle d’activités qui visent à faire connaître la forêt québécoise pour mieux la préserver. Seul prérequis : sortir dehors. Les jeunes pourront alors mettre à l’épreuve une panoplie de feuillets éducatifs traitant, entre autres, des bienfaits de l’arbre, d’aménagement forestier, de jeux éducatifs à réaliser dans les bois, etc. Tout pour nourrir la passion, l’enthousiasme et la curiosité d’une petite horde de filles et de garçons lancés en plein cœur de la forêt.

Les parents, professeurs ou animateurs mettront à profit une boîte à outils pédagogiques qui leur permettra de joindre l’utile à l’agréable en transformant une virée dans les bois en véritable aventure. Que ce soit le bingo des milieux riverains, la boîte à lunch écologique, le chansonnier de l’équipier, les clés d’identification annuelle des arbres, le guide de l’éco-citoyen en herbe, la plateforme d’échange d’équipements sportifs, chacun de ces outils valorisera la réappropriation de l’environnement pour le mieux-être et le mieux-vivre collectif.

« Nous développons des outils d’animation clé en main, vulgarisés, mâchés, permettant ainsi, par exemple, à un jeune de 12 ans d’animer une activité extérieure auprès d’un jeune de 6 ans. On travaille alors le leadership, la prise de décisions, la prise en charge de plus jeunes, et du même coup on incite les jeunes à bouger. Selon nous, pour apprendre sur la nature, il faut y aller, il faut sortir dehors. Faire bouger les jeunes, ça toujours été l’un de nos objectifs. Nous prônons l’idée que les jeunes apprennent davantage en s’amusant», souligne Mme Gignac.

Pour attirer les jeunes dehors, il ne s’agit pas simplement de leur mettre un bâton de sourcier entre les mains. Il faut constamment s’adapter à leur réalité et à leurs intérêts. Force est de constater que chez la jeune génération, les nouvelles technologies sont une source de divertissement inépuisable. C’est pourquoi Les Clubs 4-H ont développé une bio-trousse numérique pour inciter les jeunes à faire de l’observation avec leur tablette numérique et… dehors s’il-vous-plaît ! « On suit ainsi la vague des besoins et des intérêts des jeunes », renchérit Mme Gignac.

Fonder un Club 4-H

Pour démarrer un Club 4-H dans son école, son service de garde ou dans sa municipalité, rien de plus simple. L’intérêt et la motivation, jumelés au dynamisme du milieu suffiront. Les avantages sont nombreux, entre autres : port du nom 4-H et accès à la notoriété 4-H, soutien d’une équipe professionnelle aux petits soins, accès à un réseau de contacts provincial, accès à une assurance responsabilité civile, à un camp de jeux provincial et à une multitude d’activités d’animation. Vous êtes convaincus? Voici la marche à suivre.

  • Se renseigner sur les valeurs des Clubs 4-H en visitant leur site Internet ;
  • Communiquer avec un agent de développement afin qu’il vous oriente dans vos démarches. Pour se faire, on téléphonera au bureau central en composant le 450-314-1942, ou par courriel au info@clubs4h.qc.ca ;
  • Aviser la direction de votre école, municipalité ou service de garde de votre intérêt à démarrer un Club 4-H ;
  • Déterminer un calendrier de réunions pour élaborer les activités ;
  • Rechercher des sources de financement possibles ;
  • Rassembler les jeunes intéressés à participer aux activités ;
  • Se procurer les outils pédagogiques offerts par Les Clubs 4-H ;
  • Sortir dehors et découvrir la nature !

Notons qu’une contribution annuelle de 100$ est exigée. Pour recevoir la documentation nécessaire à l’accréditation 4-H, un petit coup de fil auprès d’un agent de développement suffit. Pour un service de garde en milieu scolaire, une école ou une municipalité, on s’assurera d’avoir l’appui d’au moins 15 jeunes prêts à s’impliquer. « On n’est pas exigent », conclut Mme Gignac. « Tout ce qui compte c’est qu’on respecte les enfants et qu’on les amène dans la nature. »

Comme dit la chanson : promenons-nous dans les bois, tandis que Les Clubs 4-H sont là !

publicite box1
publicite box2