Les tops plein air incontournables

Cet été, découvrez le vélo-camping!

Source : www.wixxmag.com | Mélanie Dubé

Vous aimez faire du vélo et camper vous permet de décrocher? Pourquoi ne pas marier ces deux activités qui vous procurent du bonheur? Voici quelques conseils et idées de destinations pour vous initier au plaisir du vélo-camping.

Partir à tout âge… ou presque!

Vous vous demandez si votre préado est prêt pour une telle expédition? Il y a de fortes chances. Louis Carpentier, directeur, développement de la Route verte et passionné du vélo-camping, admet que, dès l’âge d’un an, des enfants vivent l’expérience à bord d’une remorque. Pour l’enfant capable d’enfourcher sa bicyclette, la planification d’un périple est envisageable quand il peut pédaler une quarantaine de kilomètres, en comptant des arrêts. Il doit, qui plus est, être en mesure de comprendre (et de respecter!) les règles de sécurité de base.

Évidemment, il faut éviter de vous lancer dans une longue escapade pour vos premières sorties. « Il vaut mieux entreprendre une randonnée d’une journée, puis augmenter graduellement à deux jours, puis à trois… On peut par ailleurs dénicher un camping situé à 40-50 kilomètres de son lieu de départ, puis, à partir de là, faire des sorties quotidiennes», suggère le vélo-campeur.

Comme le mentionne M. Carpentier, l’important sera de maintenir l’intérêt de chacun tout au long du voyage. À ce chapitre, le fait d’impliquer les enfants dans la planification du projet saura être plus que bénéfique. Pour les haltes sur le parcours, vous pourrez cibler ensemble des points d’intérêt. On dit qu’un préado peut en moyenne rouler entre 30 à 60 kilomètres par jour (selon l’habileté de l’enfant) et aller à une vitesse de 12 à 15, voire jusqu’à 20 kilomètres\heure.

Est-ce qu’un vélo spécial est nécessaire pour la pratique de cette activité? Non. Pratiquement tous les types de vélos peuvent être utilisés. Certains modèles sont bien sûr préférables. Le vélo hybride est un bon choix.  À l’inverse, le BMX n’est pas idéal puisqu’il n’a pas de vitesse. Le plus important, tient toutefois à préciser M. Carpentier, sera surtout d’avoir un vélo confortable et de la bonne taille, muni de pneus bien gonflés.

Le long de la Véloroute des Bleuets, au Parc national de la Pointe-Taillon
Crédit photo: Mathieu Dupuis

Un voyage organisé pour s’initier

Lucie Lanteigne, directrice générale de Vélo Québec, admet que prendre part à un voyage organisé peut s’avérer une façon agréable et plus simple de découvrir cette activité.

Pour ceux qui veulent tenter l’expérience, Vélo Québec Voyages propose La Petite Aventure Desjardins, qui se déroulera cette année du 3 au 5 juillet, dans le Centre-du-Québec. C’est un forfait sous les étoiles qui comprend 2 nuits en camping, 2 petits-déjeuners, 3 dîners et 2 soupers, le transport des bagages et le nécessaire encadrement sur la route. Les participants ont aussi accès au dépannage mécanique et à des véhicules de soutien. En plus, il y a la possibilité de louer une tente, montage et démontage compris. Les participants roulent en moyenne une quarantaine de kilomètres chaque jour. Pour plus de détails (coûts, itinéraire), cliquez ici.

Partir de façon autonome

Pour ceux qui préfèrent partir en mode autonome, certaines options peuvent contribuer à faciliter votre voyage. Vous pouvez, par exemple, planifier un itinéraire dans un secteur où vous pouvez recourir à un service de transport de bagages. C’est notamment le cas, sur le parc linéaire du P’tit Train du Nord et la Véloroute des Bleuets.

Si vous décidez de transporter votre attirail, vous devrez adapter les montures et vous limiter à l’essentiel. Pour savoir quoi apporter, une liste publiée sur le site Web de MEC pourrait vous être utile.

Des endroits à découvrir

Louis Carpentier, directeur, développement de la Route verte, est un mordu du vélo-camping. Voici quelques-unes de ses suggestions pour une escapade familiale :

1 jour

  • La boucle Sherbrooke-Lennoxville-North Hatley-Rock Forest-Sherbrooke (54 km)
  • La boucle de Granby vers Waterloo (L’Estriade et son réseau - 56 km)

2 à 3  jours

  • La vélopiste Jacques-Cartier Portneuf (d’une longueur de 68 km, reliant St-Gabriel-de-Valcartier à Rivière-à-Pierre, mais la piste se poursuit)

4 à 5  jours ou moins

Vous pouvez choisir de ne pédaler qu’une portion du parcours.

  • La Véloroute des Bleuets (256 km)
  • Le parc linéaire du P’tit Train du Nord (de Saint-Jérôme à Mont-Laurier : 200 km)

Où dormir

Le long de la Route verte et de la plupart des itinéraires cyclables régionaux, on trouve des établissements d’hébergement touristique et des campings certifiés Bienvenue cyclistes. « Cette certification assure qu’on retrouve sur les sites des services adaptés aux besoins des cyclotouristes: des pompes, de l’outillage, des renseignements sur les pistes cyclables, et plus encore. Dans les campings, on peut même arriver sans réservation », précise Mme Lanteigne. Pour trouver un hébergement certifié, vous pouvez consulter la liste publiée sur le site Internet routeverte.com.


À titre indicatif, le coût pour une nuitée dans un camping de la Sépaq part à 7 $ par personne. Dans les parcs nationaux, prévoir une tarification d’accès en sus.

 

publicite box1
publicite box2