Les tops plein air incontournables

10 conseils pour rouler à vélo en toute autonomie

Source : www.wixxmag.com | Alain Demers

Quand j’étais adolescent (le terme préado n’existait pas à l’époque), nous partions tout l’après-midi en vélo sans même que nos parents sachent où nous étions. Il faut dire que nous n’allions pas bien loin: à la piscine, chez un ami ou au bord de la rivière pour pêcher.

Sauf si vous vivez dans un village ou un quartier paisible où tout le monde se connaît, il est moins évident aujourd’hui pour les préados de faire la même chose en ville ou en banlieue. La circulation automobile a beaucoup augmenté et on ne connaît plus toutes les familles dans le quartier. Par contre, les pistes cyclables se sont développées.

 Plus que jamais, il y a de belles randonnées à faire avec nos préados. Mais voilà, ils veulent de moins en moins nous suivre et graduellement, il faut les préparer à devenir autonomes. C’est présentement ce que je vis avec ma fille de 13 ans. Voici quelques astuces pour faire en sorte que votre préado en vienne à rouler seul, sans que ça vous inquiète trop… 

Il est plus amusant pour les préados de faire du vélo avec un ami qu’avec leurs parents…

Crédit photo: Alain Demers

1. Amenez un ami. Ça fait toute la différence pour la motivation.

2. Même s’ils se disent prudents, les préados le sont moins en présence de leurs pairs. Si une piste cyclable est en général sécuritaire, il faut leur rappeler de regarder aux intersections.

3. Apprenez-leur à comprendre la signalisation comme les pictogrammes sur la chaussée.

Incitez votre préado à se familiariser avec une carte imprimée. 

Crédit photo: Tourisme Sorel-Tracy

4. Apprenez-leur aussi à lire une carte imprimée et à estimer le kilométrage. Même si les préados sont habitués aux écrans, ils ont intérêt à se familiariser avec une carte sur papier, très utile, car elle offre une meilleure vue d’ensemble.

5. Non seulement doivent-ils en arriver à évaluer les distances, ils doivent aussi avoir un aperçu du temps requis pour le parcours.   

Laissez-leur prendre les devants pour vous assurer qu’ils ont une bonne idée du trajet et de la façon de se retrouver.   

Crédit photo: Alain Demers

6. Laissez-les prendre les devants avec la carte pour vous assurer qu’ils ont bien compris. La première fois, ma fille avait suivi les pictogrammes sur la chaussée, mais avait omis de regarder le nom de la rue où il fallait tourner.

7. Avant de les laisser aller de manière totalement autonome sur une piste, faites le parcours complet avec eux la première fois. L’itinéraire doit leur devenir familier. La carte peut toujours aider en cas de doute.

8. L’idéal, au début, est de faire un petit aller-retour avec une halte agréable. Pour leur première sortie autonome ensemble, ma fille Anaëlle et son amie Catherine sont allées dans une confiserie à 6 km de distance, soit 12 km aller-retour. Elles ont ensuite ajouté un parcours de la même distance pour un total de 24 km.

Le cyclomètre: un moyen simple et peu coûteux d’évaluer la distance parcourue. 
Crédit photo: Louis Garneau

9. Installer un cyclomètre est une option à envisager. Ça sera la prochaine étape avec ma fille. Un cadran indique la vitesse et le kilométrage parcouru. Coût: environ 40$. C’est nettement moins cher qu’un GPS pour vélo. Combiné avec une carte imprimée, le cyclomètre permet d’avoir une bonne idée de notre localisation.  

10. Si votre préado possède un téléphone mobile, ça peut toujours servir (voir l’article « Top 10 des applications les plus utiles pour vos randonnées en vélo»). Toutefois, la technologie ne saurait remplacer une carte imprimée ni un bon apprentissage des distances et du temps que ça prend. 

 

publicite box1
publicite box2