Les tops plein air incontournables

5 faits étonnants à propos du transport actif

Source : www.wixxmag.com | Sylvie Rivard

Marcher, pédaler, rouler ou patiner pour se déplacer permet d’augmenter facilement notre niveau quotidien d’activité physique. Voici cinq éléments surprenants à propos du transport actif.

1. Les déplacements actifs vers l’école ont connu une baisse de 50 % en moins de 30 ans

Encore plus étonnant lorsque l’on sait que plus de 80 % des enfants du primaire habitent à moins de 1, 6 km de l’école. De plus, près de 90 % des quartiers résidentiels, en milieu urbain, se trouvent à moins d’un kilomètre d’un parc ou d’un espace vert récréatif, et environ 50 % des quartiers résidentiels urbains sont à proximité de lieux récréatifs (gymnase, piscine, aréna, centre communautaire de loisirs, etc.).

2. Le tiers des enfants marchent ou pédalent vers l’école

Selon l’Institut national de la Santé publique du Québec, il y a autant d’élèves du primaire qui se déplacent à pied (30 %) ou à vélo (2 %) qu’en voiture (30 %), entre l’école et la maison. En comparaison, 63 % des jeunes de 11 à 15 ans marchent ou pédalent pour aller à l’école en Suède; alors qu’en Norvège, cette proportion grimpe à 75 % chez les 10 à 12 ans. Des exemples à copier sans modération!

3. Des supports pour le vélo, mais pas de piste cyclable!

Au Québec, plus de 85 % des établissements scolaires offrent des supports à vélo à leurs élèves. Pourtant, seules une école secondaire sur deux et une école primaire sur cinq sont situées à proximité de pistes cyclables. Il n’est pas étonnant que les parents, soucieux de la sécurité de leurs jeunes, hésitent à les laisser se rendre à l’école de façon active.

4. Milieux favorisés, piétons défavorisés!

Les enfants des milieux favorisés vont moins à l’école à pied que les jeunes des milieux défavorisés. En effet, 52,1 % des jeunes du primaire fréquentant des écoles de milieux défavorisés se rendent habituellement à pied à l’école, alors que seuls 33 % des jeunes de milieux favorisés le font.

5. Des obstacles sur la route du jeu libre!

Pour pouvoir jouer, il faut pouvoir accéder au parc, au terrain de baseball et à la piste cyclable. Pour 57,3 % des jeunes Québécois, le transport vers le lieu de pratique est l’obstacle principal qui les empêche d’être actifs pendant leurs moments de loisir.

On constate que les obstacles résultent souvent d’une planification urbaine déficiente (même en milieu rural), et d’un manque de réflexion et de communication entre les différentes autorités responsables du développement des infrastructures.

Les parents qui souhaitent s’engager dans leur milieu et améliorer l’accessibilité au transport actif et au jeu libre trouveront de bonnes idées dans cette fiche de Veille Action : Le transport actif vers l’école : une occasion en or de faire bouger les jeunes!

Source :

  • Pour que les jeunes adoptent des modes de transport actifs. Québec en Forme.

publicite box1
publicite box2